Informations pratiques

Adresse et téléphone

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France
Standard : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy assure toutes les urgences (médicales ou chirurgicales) des patients déjà pris en charge dans l'institut
Avant 17h00 : 01 42 11 47 83
Après 17h00 : 01 42 11 42 11
Fax : 01 42 11 52 02

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 2600 professionnels mobilisés

Cancer du Sein

Responsable
Dr Suzette Delaloge

Contact 1er RDV

Oncologie, concertation pluri-disciplinaire
Tél. : +33 (0)1 42 11 64 33
Fax : +33 (0)1 42 11 52 74

Chirurgie
Tél. : +33 (0)1 42 11 43 84
ou +33 (0)1 42 11 47 12

Envoyer un e-mail

La Pathologie Mammaire à Gustave Roussy

Le comité de pathologie mammaire de Gustave Roussy prend en charge les patient(e)s atteint(e)s d’une maladie du sein, qu’elle soit bénigne ou maligne. Certain(e)s n’ont pas encore eu de diagnostic en ville et viennent à la fois pour établir le diagnostic et être pris(es) en charge ; d’autres ont déjà eu un diagnostic et sont pris(e)s en charge pour un traitement.

Le comité de pathologie mammaire de Gustave Roussy intervient ainsi pour : 

  • le diagnostic des anomalies mammaires suspectes dépistées en ville ; 

  • la prise en charge complète du traitement des cancers du sein : chirurgie, chirurgie reconstructrice, chimiothérapie, radiothérapie, thérapeutiques ciblées, suivis post-thérapeutiques, soins de support; 

  • la prise en charge des femmes à haut risque de cancer du sein : dépistage et prévention ; 

  • la prise en charge de certaines pathologies bénignes particulières

Plus de 10 000 patient(e)s sont pris en charge chaque année par le comité de pathologie mammaire, dont 2 000 nouveaux(elles) patient(e)s.

Le diagnostic en un jour 

Pionnier du "diagnostic en un jour", l'Institut propose depuis 2004 un accueil dédié permettant d'établir dans la journée, dans la plupart des cas, un diagnostic sur une anomalie du sein détectée en ville. Plus de 15 000 femmes en ont déjà bénéficié. Cet accueil multidisciplinaire regroupe des professionnels de différents métiers, tous spécialistes de sénologie (radiologues, chirurgiens, pathologistes, oncologues, infirmières, techniciens…).

Dans 90% des cas, si l’anomalie est une « masse » (boule, nodule) du sein, nous pouvons obtenir un diagnostic exact dans la journée. En cas de micro-calcifications, quelques jours seront nécessaires.

Les femmes (ou hommes) qui ont déjà un diagnostic établi de cancer du sein et viennent pour une prise en charge thérapeutique initiale bénéficient également d’un accueil thérapeutique en un jour.

Des réunions pluridisciplinaires

A Gustave Roussy, les décisions de traitement sont prises lors de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP), qui rassemblent plusieurs médecins de diverses disciplines : radiologues, pathologistes, chirurgiens, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, infirmiers, psychologues, etc, en collaboration étroite avec les médecins de ville.

Ceux-ci apprécient, en fonction des résultats des examens, les traitements les mieux adaptés à chaque forme de cancer et à chaque individu. Un médecin référent explique alors au patient et à sa famille, les décisions du comité.
 

Parcours de soin en pathologie mammaire

Les femmes adressées à Gustave Roussy présentent une anomalie du sein. Certaines n’ont pas encore eu de diagnostic et viennent à la fois pour établir le diagnostic et être prises en charge ; d’autres ont déjà un diagnostic et viennent pour un traitement.

Etablir un diagnostic

Gustave Roussy a mis en place dès 2004 un Accueil de Pathologie Mammaire dédié au diagnostic rapide des lésions du sein et à leur prise en charge. Cet accueil pluridisciplinaire réunit chirurgiens, cancérologues, radiologues et pathologistes, qui établissent ensemble le diagnostic et, si nécessaire, le programme de traitement le plus rapidement possible : soit dans la journée, soit en quelques jours.

> En savoir plus

Si le diagnostic a déjà été posé

Les patientes disposant déjà d’un diagnostic sont orientées directement vers la consultation d’un médecin correspondant à la prise en charge demandée : chirurgien, oncologue médical ou oncologue radiothérapeute. Leur première consultation est faite dans le cadre d’un accueil thérapeutique en un jour, qui est programmé selon les besoins lors de leur prise de rendez-vous : elles seront vue par le radiologue avec relecture de l’imagerie, nouvelles images si besoin, par le chirurgien, l’oncologue médical, l’anesthésiste, les infirmières, dans la même journée, selon le parcours nécessaire.

> En savoir plus


Les décisions/propositions de traitement sont prises au cours de réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) et ensuite discutées/expliquées/partagées avec patient(e)s par leur médecin référent à Gustave Roussy. Les médecins traitants, qui sont régulièrement informés, participent de certaines décisions.

>Voir les traitements

L‘ensemble du parcours de diagnostic et de soins est en général réalisé à Gustave Roussy. Cependant, certaines parties de ce parcours peuvent être externalisées :

  • certains examens qui peuvent être faits plus près du domicile

  • les poses de chambre implantable en cas de nécessité de chimiothérapie, souvent confiées à un service partenaire conventionné en raison de la saturation du service local

  • la radiothérapie pour des besoins de rapprochement de domicile parfois

  • le suivi à moyen ou long terme est confié aux médecins de proximité (gynécologue, médecin traitant, radiologue) selon des programmes standardisés, en alternance ou en totalité

Suivi après cancer du sein

Après un cancer du sein, un suivi à vie est nécessaire.

Le suivi post-traitement sera en général assuré par les médecins spécialistes hospitaliers pendant les premières années, jusqu’à 5-7 ans, éventuellement en alternance avec le médecin de ville (gynécologue ou médecin généraliste + radiologue), puis sera intégralement assuré par ces derniers.

La base du suivi comporte :

  • une mammographie tous les ans à vie

  • un examen clinique tous les 6 mois jusqu’à 5 ans du diagnostic puis tous les ans à vie

  • les autres examens éventuels seront fonction de la situation et des traitements proposés

En cas de situation à risque de cancer mais sans cancer :

Certaines situations représentent un risque plus élevé de cancer du sein, nécessitant un suivi spécifique. Une consultation dédiée d’oncogénétique est également possible à Gustave Roussy.

  • Risque héréditaire : 5% des cancers du sein sont réellement héréditaires et résultent d’une anomalie génétique, notamment une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2. Ces anomalies peuvent être détectées grâce à une analyse génétique, effectuée dans certains cas (plusieurs cas de cancers du sein ou de l’ovaire dans la famille, cancer du sein survenu à un âge précoce, etc.). Un suivi très spécifique est alors proposé et des mesures de prévention.
  • Risque « histologique » : en cas de présence de certaines lésions mammaires « précancéreuses », découvertes lors d’une biopsie, le risque de cancer du sein peut être plus élevé que dans la population générale, jusqu’à 20-35% au cours de la vie. Un suivi rapproché avec mammographie et examen clinique annuel est nécessaire.
  • Autres risques : d’autres situations peuvent élever le risque, comme un antécédent de radiothérapie sur la cage thoracique et impliquent une surveillance spécifique (voir les recommandations)

Liens utiles

En cas de cancer du sein localisé

Le traitement d’un cancer du sein localisé comprend en principe au minimum une chirurgie, généralement complétée par un ou plusieurs traitements préventifs de rechute nommés traitements "adjuvants" (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, thérapies ciblées).

Chirurgie

La chirurgie reste la pierre angulaire du traitement du cancer du sein localisé, il est exceptionnel qu’elle ne soit pas indiquée. Elle est assurée selon les besoins spécifiques de la patiente, par des chirurgiens sénologues, souvent  formés à la chirurgie plastique oncologique ou même exerçant intégralement en chirurgie plastique et reconstructrice.

> En savoir plus sur la chirurgie du cancer du sein

Chimiothérapie

La chimiothérapie adjuvante a fait ses preuves depuis longtemps pour la prévention des rechutes de cancer du sein (diminution du risque de 5 à plus de 50%). Elle a pour but de supprimer d’éventuelles cellules tumorales résiduelles non détectables. La chimiothérapie peut aussi parfois être utilisée avant la chirurgie pour contrôler vite la maladie, augmenter les chances de garder le sein ou permettre une chirurgie qui n’était pas faisable initialement.
> Vidéo : " A quoi sert la chimiothérapie adjuvante du cancer du sein ?"

Hormonothérapie

L’hormonothérapie sert à modifier la sécrétion d’hormones ou à bloquer leur action afin d’empêcher la prolifération des cellules tumorales. Elle est proposée si la tumeur exprime des récepteurs aux hormones (œstrogènes et/ou progestérone) et si un bénéfice est attendu sur le risque de rechute, ce qui est fréquemment le cas car ces traitements diminuent de 30 à 60% les risques de rechute à la fois sous forme de métastases, de rechute locale ou de nouveau cancer. 

Plusieurs traitements sont possibles :

  • Traitement anti-œstrogène (Tamoxifène) : il bloque le fonctionnement du récepteur aux œstrogènes sur les cellules tumorales potentiellement restées dans l’organisme ou susceptibles de se développer. Il peut donc à la fois prévenir une rechute du cancer traité (local ou métastatique) et l’apparition d’un nouveau cancer du sein.
  • Inhibiteurs d’aromatase : ces médicaments (Letrozole, Anastrozole, Exemestane) sont réservés aux femmes ménopausées. Ils bloquent le fonctionnement d’une enzyme capable de fabriquer des hormones œstrogènes après la ménopause lorsque les ovaires ne fonctionnent plus. Leur efficacité est démontrée pour la réduction du risque de rechute et pour la prévention d’un nouveau cancer du sein.
  • Blocage ovarien : ce type de traitement peut être utilisé chez les femmes non ménopausées pour induire une ménopause artificielle, en complément du Tamoxifène ou si celui-ci était contre-indiqué.  Ces traitements sont administrés sous forme d’une injection sous cutanée ou intra-musculaire une fois tous les mois ou tous les trois mois (Enantone®, Decapn eptyl®, Zoladex®). Leurs effets secondaires sont des symptômes ménopausiques : bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, prise de poids.

> Voir les effets secondaires de l'hormonothérapie

Thérapies ciblées, comme l’Herceptin®

Il s’agit de traitements généraux visant à diminuer le risque de métastase. L’Herceptin® est associée à une réduction du risque de rechute de l’ordre de 50% en plus de celle conférée par la chimiothérapie et les autres traitements. 
L’Herceptin® sera proposée seulement : si le cancer est infiltrant, si la tumeur exprime fortement la protéine Her2 à la surface des cellules tumorales et lorsqu’il y a également une indication de chimiothérapie.

Radiothérapie

Il s’agit d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants (photons et/ou électrons) qui agissent principalement en cassant les brins d’ADN du noyau, empêchant ainsi la multiplication des cellules. La radiothérapie est indiquée après la chirurgie afin de diminuer le risque de rechute locale et/ou régionale du cancer du sein.
La radiothérapie adjuvante est généralement prescrite à raison de 4 ou 5 séances par semaine pour une durée de 5 à 7 semaines selon la dose nécessaire pour chaque patiente. D’autres schémas sont aujourd’hui possibles. Des techniques spécifiques sont aussi proposées selon les situations.

> En savoir plus sur la radiothérapie

Essais thérapeutiques, études cliniques

Gustave Roussy est un centre de soins et de recherche. Dans de nombreuses situations, des techniques ou traitements alternatifs sont développés, étudiés, et peuvent être proposés à nos patientes dans le but d’améliorer les standards actuels. Ces alternatives sont toujours optionnelles, proposées, discutées, et réalisées seulement dans les cas où les patient(s) auraient potentiellement un bénéfice et souhaitent participer aux recherches en cours.

Ces études concernent toutes les situations, que ce soit dépistage, diagnostic, prévention, chirurgie, radiothérapie, traitements médicaux, mais aussi soins de support.

> Voir les essais cliniques en cours

En cas de métastases

Les métastases à distance correspondent à l’installation dans un autre organe que le sein et ses ganglions adjacents, de cellules tumorales responsables, à l’origine, du cancer du sein. Elles sont souvent sensibles à de nombreux traitements. Néanmoins, sauf cas exceptionnel, une guérison définitive ne peut pas être obtenue : la maladie passe dans une phase « chronique » avec traitements au long cours. Le suivi sera plus rapproché, avec des examens réguliers visant à évaluer la tolérance et l’efficacité des traitements prescrits.

Les traitements sont nombreux et dépendent de chaque cas. Ils reposent également sur des chimiothérapies, une hormonothérapie lorsque le cancer du sein a des caractéristiques de sensibilité potentielle, des thérapies ciblées (anticorps monoclonaux ou inhibiteurs de tyrosine kinase plus ou moins spécifiques de protéines présentes dans les cancers du sein), de la radiothérapie ciblée sur une lésion spécifique, de la chirurgie, et des biphosphonates en cas de métastases osseuses, capables de diminuer le risque de complications de ces lésions (fractures par exemple). Dans de nombreuses situations, des essais cliniques sont disponibles visant à proposer de nouveaux traitements alternatifs pour plus d’efficacité à long terme.

Un avis sur dossier ne peut être donné qu’avec l’accord du patient. L’avis ne peut être adressé qu’à un médecin, qui le transmet ensuite au patient.

Une prise en charge secondaire à Gustave Roussy n’est proposée que dans certains cas spécifiques, lorsque la prise en charge ne peut pas être réalisée par l’équipe traitante actuelle.

Après avoir rempli le formulaire ci-dessous, merci d’envoyer par e-mail les éléments complémentaires de votre dossier à l’adresse avis.sein@gustaveroussy.fr :

  • un courrier du médecin résumant votre situation et posant des questions précises quant à la demande d'avis
  • les comptes-rendus opératoires et/ou histologiques avec récepteurs hormonaux, statuts Her2, comptes-rendus d'imagerie (mammographie, échographie, scanner, scintigraphie, Pet-Scan.....), l’histoire de la maladie résumée, les traitements reçus et résultats, un bilan biologique complet récent.

Aucun avis médical ne pourra être donné sans un dossier médical complet.

Accéder au formulaire Second Avis Médical - Cancer du Sein